L'écologie dans le Douaisis, avec et pour vous !Nicolas Froidure

Inauguration du boulodrome géant du Douaisis

Difficile, en ce moment, d’échapper à la grande opération de communication de Douaisis Agglo en vue de l’inauguration du boulodrome géant à 9.5M€ voulu par Christian Poiret et sa majorité.

Photo des divers panneaux d’affichages pour le boulodrome

Ni notre chamboule-tout des projets inutiles de l’agglomération sur la braderie de Gayant de 2020, ni nos protestations régulières, ni le remarquable travail d’opposition de nos élu·es communautaires écologistes, ni mon inventaire des terrains de boule de proximité lors de mon tour du Douaisis n’auront eu d’effet sur les dimensions démesurées de ce boulodrome.

Pour rappel, nous dénoncions plusieurs avaries écologiques, stratégiques et démocratiques concernant ce projet :

  • manque de concertation : les nombreux commentaires négatifs concernant ce projet sur les réseaux sociaux ont largement démontré un manque d’adhésion flagrant des habitant·es du Douaisis. Mais est-ce vraiment étonnant quand on connaît l’état d’esprit de Christian Poiret pour qui, une fois élu, il n’est plus nécessaire de consulter le peuple ?

  • gigantisme d’un autre temps : nous pensons que les infrastructures de notre territoire doivent se trouver au plus près des habitant·es. Pour ce faire, elle doivent être de taille modeste et équitablement distribuées sur le territoire, évitant des déplacements et permettant un accès plus égalitaire aux installations,

  • artificialisation : l’éco-quartier du Raquet est un excellent exemple d’étalement urbain sur des terres arables (seule une partie était sous forme de friche industrielle),

  • multi-usage : nous pensons, qu’une infrastructure de ce type devrait être conçue pour de multiples usages, un concept de salle omnisport où l’on pourrait faire des compétitions de boule aurait été mieux reçu plutôt qu’une infrastructure qui sera difficile à amortir et ne permet qu’une seule pratique sportive,

  • un sport peu inclusif : selon la FFPJP (Fédération Française de Pétanque et Jeu Provençal), ce sport est principalement joué par des hommes (83% des licencié·es) et seul·es 5.6% des licencié·es ont moins de 18 ans quand 43.6% ont plus de 60 ans. C’est donc un investissement massif qui profite à une partie congrue de la population, si elle daigne se déplacer, ce qui n’est pas garanti au vu de mon enquête auprès des personnes concernées lors de mon tour du Douaisis,

  • des retombées économiques faibles et mal jugulées : la fréquentation et l’éloignement de cette infrastructure laisse supposer des retombées économiques faibles au regard de l’investissement. On ne connaît pas encore les dépenses de fonctionnement mais les hauts plafonds (nécessaires pour la pétanque ?) devraient nécessiter de chauffer le lieu amplement. À proximité de ce boulodrome, de nombreux fast-foods et autres centres commerciaux : autant dire que si il y a des épisodes de fréquentation pour des compétitions, elles pourraient ne pas profiter au centre ville qui en a pourtant bien besoin.

Pour terminer, hasard du calendrier, le 8 mars prochain ce sera la Journée Internationale des Droits des Femmes. Vu le budget consacré à l’opération de communication d’envergure pour éviter un bide (150 000€ ?!), je me dis que c’eût été plus profitable d’utiliser ces budgets pour porter une des mesures proposées par EÉLV Douai pour les municipales 2020 : « affichage contre les violences faîtes aux femmes dans les transports en commun et arrêts de bus ».

En lieu et place, on a des affiches pour un boulodrome qui ne nous évoque rien d’autre qu’un gigantesque gâchis d’argent public.

Publié le 3/4/2022, 11:00:00 PM.

Commenter cet article :
Facebook - Twitter - S'abonner

Retour