L'écologie dans le Douaisis, avec et pour vous !Nicolas Froidure

Tout n’est pas possible en politique !

La colère passée, je tiens à revenir sur l’élection de Douaisis Agglo qui, comme certain·es s’en sont rendu·es compte, a crée une polémique sur la composition du bureau et, notamment, la candidature de François Guiffard au poste de Vice Président.

Je dois avouer que j’ai toujours été dubitatif sur le comportement populiste et les méthodes parfois limites de ce candidat. Pourtant, nous avons tout de même décidé de le rencontrer malgré son refus de travailler de concert avec tou-tes (notamment son refus catégorique de discuter avec la majorité en place de Frédéric Chéreau).

Nous avons décidé que ce n’était pas souhaitable de fusionner avec la liste Ensemble Faisons Douai que ce dernier portait, mais nous étions loin de nous douter du choix judicieux que nous venions de faire.

Aujourd’hui, je constate qu’il a osé.

Le candidat qui jurait, malgré sa proximité politique avec nos candidat·es, dès le lendemain du second tour, n’avoir qu’une ambition; celle d’être la première force d’opposition, ose, tout à coup, devenir la plus consensuelle des marionnettes utiles que Christian Poiret n’ait eut l’occasion de tenir sous sa botte.

Le candidat dont la liste se disait plus écologiste que les écologistes, qui est allé jusqu’à travestir toute sa communication pour profiter d’une vague verte (qu’il minimisât aussitôt les élections terminées...), a osé se muer en défenseur d’un triste bilan de notre agglomération en terme de consommation de terres agricoles.

Le candidat qui, tantôt, paradait dans les quartiers clamant que rien n’y aurait jamais été fait, a osé devenir solidaire d’un boulodrome à 9.5 millions d’euros qui n’apportera à notre agglomération que des dépenses qui auraient été mieux dépensées en hébergement d’urgence ou en aménagement des quartiers.

Le candidat, qui dénonçait corps et âme la paupérisation de la ville centre, ose devenir l’instrument d’un calife qui n’a pas compris que la ville centre apporte autant à tou·tes les habitant·es du Douaisis qu’aux douaisien·nes et s’obstine à penser (ou faire mine de...), que ce qu’il nous propose est du développement économique quand ce n’est que de l’économie punitive, de l’attractivité de commodité pour entreprises en mode terres brûlées.

Et les voilà, toustes, la bouche en cœur, nous expliquant que la ville de Douai ne sera pas oubliée... c’est ignorer que les multiples dysfonctionnements de cette agglomération ne nuisent pas qu’à la ville de Douai, mais au Douaisis dans son entièreté. C’est peut-être à Douai que c’est le plus criant, par la densité de son peuplement.

Tous ces grands projets inutiles, toutes ces zones commerciales sont le tombeau du Douaisis et nous ne sommes pas prêts de l’en sortir si il y a toujours quelques opportunistes pour refuser d’aller au front et porter ses fossoyeurs sur un piédestal.

Alors à ces "ami·es" du Douaisis, je dis : avec de tel·les ami·es, le Douaisis n’a pas besoin d’ennemi·es...

Et aux douaisien·nes, je dis : l’écologie politique c’est le réemploi, l’urbanisme circulaire, la ville nourricière et la frugalité. La bonne nouvelle, c’est que ça ne coûte pas cher.

Bien-sûr, les fonds de l’agglomération seraient utiles pour la lutte contre les passoires énergétiques, la gratuité des transports et la création d’emplois basés sur les savoirs faire et non délocalisables.

Mais nous pouvons faire sans le faste de l’agglomération, devenons une ville activiste et donnons au Douaisis ce dont il a besoin : une ville centre où l’espoir et et la créativité sont le fruit de l’innovation, la vraie, celle qui parle pouvoir de vivre avant de parler pouvoir d’achat, celle qui développe l’humain avant de développer l’économie, celle qui fait société et respecte le vivant, celle qui vit, de sa diversité, de son Histoire et qui crée les possibles pour un futur surprenant et désirable.

Nous ferons vivre l’écologie politique avec passion et détermination. Nous questionnerons et nous nous opposerons quand cela sera nécessaire car, pour nous, l’audace, c’est avant tout oser dire non au consensus quand il mène un territoire entier dans l’impasse !

En pièce jointe de ma publication Facebook, la page disparue du site de campagne de François Guiffard, disparue en même temps que ses principes politiques.

Publié le 7/14/2020, 12:00:00 PM.

Commenter cet article :
Facebook - Twitter - S'abonner

Retour