L'écologie dans le Douaisis, avec et pour vous !Nicolas Froidure

Travailleur du numérique

💻 Depuis le temps, que je parle de faire une publication là dessus, je m’y mets 🙂

🎉 Je suis un geek (voire un nerd) 🎉

➡️ Et cela m’est parfois reproché : j’utilise des termes anglais (1984 nous voilà), je travaille dans le secteur de l’IT (j’uberise quoi...) et de surcroît dans des startups (la bande à Macron).

🛑 Bien que je puisse comprendre l’appréhension de certains face à cette nouvelle révolution industrielle en cours (j’ai moi-même de nombreuses craintes que je détaillerai sûrement un jour ici), je pense qu’il est nécessaire de revenir sur quelques points.

1️⃣ J’ai une culture "globalisée", j’aimerai qu’elle soit respectée.

Je dis souvent que je me sens plus proche de l’égyptien qui se bat pour sa liberté que de mon voisin qui arrose ses plantes de round-up.

De fait, de par mes emplois successifs, j’ai beaucoup fréquenté de personnes de cultures différentes, 90% de mon temps de travail est passé à lire, écrire et parler en anglais. C’est comme ça et, forcément, cela déteint sur mon mode d’expression.

De surcroît, je suis un membre très actif de la communauté open-source. De très nombreux logiciels incorporent, librement, le fruit de mes apports à la communauté.

Dans ce cadre, je suis également amené à collaborer avec des personnes de n’importe où dans le monde, sans jamais les rencontrer.

C’est une richesse, c’est une culture et je suis fier d’en être. C’était la promesse d’Internet et de ce point de vue, je ne suis pas déçu.

I don’t speak english but globish!

2️⃣ Le bilan carbone de l’IT en général n’est pas le reflet de mes activités.

Jeter l’opprobre sur quelqu’un car il fait parti d’un secteur d’activité est un raccourci qui vous assure d’être dans l’erreur.

Le champs d’application informatique est très large. Il existe des secteurs qui sont des gouffres énergétiques (les cryptomonnaies, le streaming vidéo, l’intelligence artificielle, la surveillance étatique...).

À côté de ces activités, la consommation énergétique des startups que j’ai aidé à se créer fait pâle figure.

Les algorithmes de Facebook et Google qui traquent votre activité sur Internet pour vous proposer des publicités ciblées sont bien plus consommateurs (et bien moins utiles au genre humain) que ce que je peux faire au quotidien.

D’ailleurs, ceux qui m’ont déjà vu travailler savent que je suis quelqu’un d’appliqué et de soigneux, l’efficience énergétique et humaine de mes développements est un réel enjeu pour moi.

Bref, je n’irai pas plus dans le détail, mais pour ceux qui souhaitent me juger, je vous encourage à creuser le sujet avant d’émettre des jugements à l’emporte pièce.

3️⃣ Mon travail est l’automatisation, pas l’Überisation.

L’automatisation de ce qui peut l’être doit l’être. Mon projet, n’est pas celui de Macron, je souhaite que l’automatisation profite à tous.

Je vois l’automatisation comme une moyen d’épargner de la peine aux gens. Et, en ce sens, j’y suis favorable.

Vous me direz qu’aujourd’hui, elle profite à une minorité, et je ne vous contredirais pas.

Cela dit, je ne suis pas responsable de votre vote. Libre à nous de trouver un modèle de société où les gens qui maîtrisent la technologie peuvent la mettre au service du genre humain.

D’ailleurs, on est loin de n’avoir que des néo-libéraux dans nos rangs et bon nombre de mes confrères sont engagés associativement et/ou politiquement. Bon nombre sont en faveur du revenu universel car nous sommes suffisamment près de ces enjeux pour comprendre que la redistribution par le travail est obsolète.

Quand mes développements permettent d’éviter des allers-retours en automobile, bizarrement, il n’y a personne pour encenser mon apport dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Par contre, je serais responsable de la perte des emplois des gens ? Désolé, mais si vous cherchez des responsables, allez voir du côté des néolibéraux et voyez comme ils n’ont pas besoin d’ordinateur pour massacrer vos retraites en ce moment.

✊ Bref, si vous aussi vous luttez pour un monde plus humain qui ne soit pas subordonné à l’économie et qui replace cette dernière comme ce qu’elle est, c’est à dire, un outil, alors, je suis votre allié, même si je suis un peu "différent".

🤔 D’ailleurs, libre à nous de créer notre propre écosystème de startups utiles pour l’homme et non subordonnées à la finance. On peut subir les révolutions ou influer sur leur issue. J’ai choisi la seconde option.

Publié le 1/23/2020, 8:46:42 AM.

Commenter cet article :
Facebook - Twitter - S'abonner

Retour